cuisine & art de vivre en bord de mer

Aux moules !!!

Dans Actus/Art de Vivre/En balades/l'Agenda/Rendez-vous Par

Ce samedi à Lille, se tiendra la traditionnelle BRADERIE, un rendez-vous incontournable (ritournelle du premier week-end du premier dimanche de septembre) pour tous les amoureux de chine, déballage, bonnes affaires (et de pieds écrasés…).

On est taquins, mais on adore ça ! Cette ambiance !!!

La musique des rues qui s’animent le soir venu, les retrouvailles avec les copains pour chiner à la lampe de poche, le bruit de la ville qui ne dort pas pendant 2 jours (dans mon enfance, la braderie durait jusqu’au lundi… Et nous étions donc dispensés d’école ce jour-là), la foire aux manèges…

Et puis surtout les traditionnelles moules-frites que préparait maman ce jour-là : elle se levait à l’aube pour les nettoyer et en préparer des litres dont elles remplissaient les marmites de notre famille gourmande et nombreuse…

Je vous jure bien que je n’ai jamais plus retrouvé ce goût si particulier qu’elle leur donnait…

On plongeait avec délectation les frites maison dans le jus secret…

La recette de la braderie c’est bien sûr celle-ci : manger des moules frites (et boire de la bière !), car c’est presque une épreuve d’admission !

Puis l’image des tas de moules sur les trottoirs lillois a marqué une génération : c’était à qui aurait le plus gros…

Aujourd’hui, on trouve encore quelques tas de moules de-ci de-là : le restaurant Aux Moules, situé dans la rue de Béthune, entretient la légende du plus haut tas de coquilles de moules dégustées (c’est aussi le seul établissement à y être encore autorisé…).

Moi je l’aimais bien ce petit concours, même si ça ne sentait pas la rose à la nuit tombé, c’était joli, on avait presque envie d’y grimper pour voir la ville d’en haut.

Les coquilles vides jetées à même le trottoir aussitôt la cassolette terminée, pointant en un monticule noir et brillant, à la manière des terrils de charbon…

Depuis mes plages de Charente maritime, le manque se fait sentir… Pour compenser Fabrice va se charger de préparer des moules à la marinière accompagnées d’une bière fraîche (de chez moi : une évidence !).

Bonne fête les bradeux, profitez les amis chtis !

La légende du tas de moules
2014-09-06_19.35.08-copy (1)

Au départ fut… La rôtisserie !

C’est sans doute de là que vient le nom de Braderie (du flamant « braden » c’est-à-dire « rôtir »), les premiers camelots affamés se rendaient rue de la grande chaussée pour déguster des harengs fumés, bientôt supplantés par le poulet rôti…

On est au XVème siècle, la volaille est le premier plat officiel des bradeux : peu cher, il se mange avec les doigts…

Mais la maladie décime la volaille, il faut trouver une solution de remplacement et ce sont les moules qui sont mises à l’honneur… Jusqu’à aujourd’hui !

Le restaurant Aux Moules est le premier autorisé à jeter les coquilles vides sur le trottoir (la voirie distribuait des sacs poubelles qui n’étaient jamais en nombre suffisant).

D’autres brasseries suivent le pas et un véritable concours du plus gros tas de coquilles de moules se met naturellement en place dans la ville.

Ainsi naquit la légende…

Quelques chiffres

Plus de 2,5 millions de visiteurs sont attendus.

Quelques 500 tonnes de moules et 30 tonnes de frites seront consommées.

2014-09-06_19.50.24-copy

En exclusivité, Iodé magazine a interviewé Madame Courtois propriétaire du restaurant Aux Moules… Une figure locale !

Lorsqu’en 1977 Madame Courtois prend les rênes de l’établissement, elle signe d’abord la vente des murs à… Royan ! (L’ancienne propriétaire originaire de Royan et marié à un Lillois était venu y prendre une retraite bien méritée).

Elle nous raconte la vie du restaurant pendant cette période festive…

Toutes les moules cuisinées au restaurant proviennent de Hollande, en effet le taux de chair supérieur, la régularité des coquilles en taille font de celles-ci des moules parfaitement calibrées afin que tous les clients retrouvent dans leurs assiettes le même produit.

Les 15 jours qui précèdent la braderie, le restaurant est en ébullition : des tests sont effectués avec le fournisseur afin d’évaluer la qualité du produit qui doit être optimal. On ne peut pas se permettre de “rater” l’événement, la braderie est un peu la vitrine du restaurant pour toute l’année suivante.

Pendant les deux jours de braderie, le restaurant met à sa carte uniquement la recette classique de moules marinières : beurre, persil, oignon, échalote, vin blanc et épices tenues secrètes.

Des produits frais auxquels Madame Courtois tient particulièrement afin de proposer aux bradeux une recette traditionnelle et gourmande.

Plusieurs tonnes de moules seront cuisinées au rondeau (marmite de très grande taille) et servies aux clients accompagnées des traditionnelles frites.

Cette année c’est Mickael qui sera chargé de s’occuper du tas de moules et de répondre aux sollicitations des médias… Un beau parcours pour celui qui a commencé à la plonge du restaurant…

2014-09-07_13.42.11-copy

En moyenne, le tas avoisine les 2m20 de haut sur 5m à la base, un record sera-t-il battu cette année ?

Toute l’année le restaurant Aux Moules propose une carte complète et variée (pas seulement autour de son produit emblématique car d’autres spécialités régionales sont au menu : carbonade flamande, potjevleesch…).

Michèle Courtois nous confie avoir une préférence pour les « moules à la provençale » qui lui font penser au soleil, alors que les clients apprécient plus particulièrement les « moules poulette » (champignons, crème, échalotes, persil et citron).

Le site du restaurant Aux Moules

DERNIERS DE Actus

Close
ALLER EN HAUT