cuisine & art de vivre en bord de mer

La perle de Quéhan de la Maison Quintin

Dans Art de Vivre/huîtres/l'Adresse/Recettes/Recettes de coquillages Par

Le hasard des rencontres de réseaux fait parfois bien les choses, un peu comme la perle dans l’huître : elles sont parfois précieuses et surprenantes…

C’est ainsi que nous nous échappons des « terres » ostréicoles de Marennes Oléron pour faire un très joli détour gustatif en baie de Quiberon…

Dans un beau lieu de production (l’anse de Quéhan, au pied du pont de la Trinité sur mer… Pour y avoir fait escale au cours de notre dernier périple breton, c’est un véritable petit paradis), paradis qui est celui de la Maison Quintin.

Maison Quintin

Ostréiculteurs depuis plus d’une demi-décennie (cette année, la maison fêtera ses 55 ans), ici on peut dire que le savoir-faire se transmet dans les gênes, trois générations se sont ainsi passées le relais depuis 1961…

Si notre producteur est spécialisé dans l’huître naturelle (elles portent chacune une identité forte qu’elles soient Pompadour, Boudeuse, Belon ou Spéciale), il propose aussi une jolie gamme de fruits de mer et spécialités, que l’on peut consommer sur place dès la belle saison “Chez Quintin“.

Chez Quintin

Si la vue est bien entendu magique (la Bretagne, c’est déjà le pays des enchantements et la côte du Morbihan, un territoire sauvage et constellés de sites remarquables), il restait encore à vous parler des produits…

Et justement, on va pouvoir vous parler longuement de l’exquise Pompadour, dont nous avons savouré les charmes culinaires directement « à la bourriche » et peut-être même vous dévoiler la fameuse recette « d’huître à la Pompadour » en fin d’article…

Perle de Quéhan

Quatuor d’huîtres

Notre colis est arrivé joliment ficelé, les huîtres bien calées dans leur coffre de fortune (LA PERLE DE QUEHAN expédie chaque jour aux restaurateurs et particuliers partout en France et à l’étranger), on n’a évidemment pas résisté à l’envie d’en goûter une de suite, au naturel, « sur le vif » !

Vu les températures printanières qui règnent ici, on a préféré stocker le reste à l’abri dans le bas du frigo (on les laisse dans la bourriche surtout !) en attendant de leur réserver un autre sort… Vous devinez facilement lequel…

huitres quintin

La boudeuse affirme son tempérament mutin : coquille arrondie, chair voluptueuse, finesse du goût. C’est l’huître parfaite à l’heure de l’apéritif, à décliner en tapas…

La Belon c’est le symbole de la Bretagne par excellence : coquille plate et ronde, elle a passé 3 ans dans les eaux limpides de la baie de Quiberon dont elle défend, à juste titre, le caractère puissamment iodé.

La Spéciale, coquille arrondie et creusée, chair abondante et croquante, maternée pendant plus de 3 ans et demi dans son terroir du Golfe du Morbihan, elle a la saveur de l’océan. C’est une des stars de la Maison Quintin, elle a d’ailleurs obtenu en 2014 la médaille d’Or au Concours Général Agricole.

Et enfin, notre POMPADOUR qui affirme en bouche ses nobles caractères. Élevée comme sa cousine l’huître spéciale, elle va ensuite profiter d’un environnement encore plus favorable, le nombre d’huîtres par poche étant considérablement réduit afin qu’elle s’y trouve plus « à l’aise » et prenne une place de choix… Pas étonnant qu’on la retrouve ensuite sur les plus belles tables en France et à l’étranger : elle est gourmande jusqu’au bout de sa coquille !

Pour la petite histoire : la marquise de Pompadour, éprise des huîtres bretonnes que l’on retrouvait à chacun des gargantuesques banquets donnés par son amant le roi Louis XV, aimait à les présenter elle-même à chacune des fêtes qu’elle organisait (chaque recette sortie des cuisines de la marquise était ainsi estampillée « à la Pompadour », les huîtres, comme nous le verrons ensuite, ne dérogent pas à cette règle).

huitre à la pompadour

Recette d’huîtres à la Pompadour

Si Jeanne-Antoinette Poisson (ça ne s’invente pas), alias la marquise de Pompadour, aimait les déguster arrosées de Cognac, nous avons pris quelques libertés en revisitant la recette initiale…

Pour 4 personnes : 24 belles huîtres Pompadour, brisures de truffe, cognac, poivre du moulin.

Ouvrir les huîtres, sortir la première eau, les placer sur un la grille du four.

Arroser avec une cuillère à café de cognac, disposer les brisures de truffes et terminer par un tour de moulin à poivre.

Placer à four chaud 150°C environ, surveiller l’évaporation du cognac : lorsqu’il n’y en a plus c’est prêt !

Servir à l’assiette sur un lit de gros sel pour les maintenir en place.æ

Déguster !

>>Pour tout savoir de La perle de Quéhan de la Maison Quintin (sur facebook) et bientôt sur le nouveau site…

DERNIERS DE Art de Vivre

cabine de plage

Cabines de plages !

Les cabines de plages sont, toutes autour du monde, de véritables petites
Grandes marrées 2014

Grandes marées

Les grandes marées, c’est le moment parfait pour laisser tomber la serviette
Close
ALLER EN HAUT