cuisine & art de vivre en bord de mer

Thon enchères 2016 - Crédits : Reuters / Toru Hanai

Le thon a du sushi à se faire !

Dans Actus/thon Par

Comme chaque année les enchères de vente de thon explosent au pays du soleil levant, atteignant des sommes record dès ce début d’année 2016…

Ça se passe à Tsukiji, le plus grand marché aux poissons de Tokyo… Enfin, jusqu’à cette année, puisque cet endroit mythique de la capitale nippone regorgeant de poissonneries et petits restaurants incroyables devrait quitter le centre de Tokyo pour s’installer en périphérie.

Depuis des millénaires, les Japonais consomment et cuisinent le thon rouge, dont ils sont particulièrement friands, notamment pour la préparation des fameux sushis.

En ce début d’année, les thons du Pacifique regorgent de gras qu’ils accumulent en hiver… Donnant une chair parfaite qui sera utilisée pour la réalisation des traditionnels sushis.

Mais un sushi de thon préparé pour le nouvel an atteignait déjà les 23€ pièce !

Et en effet, le prix des sushis peut facilement grimper lorsqu’ils sont préparés par un Maître sushi… Mais cela explique-t-il le prix insensé du thon au kilo ?

Dès les premiers jours de 2016 on s’arrachait déjà une pièce de thon de 200Kg (pêchée au large d’Oma dans les mers du nord de l’archipel) au prix incroyable de 108 500 € ! Soit déjà une somme mirobolante, triplant le coût de 2014 et à « quelques yens » du record mondial établi en 2013 qui était de 1,2 million d’euros !

Au démarrage des enchères 2016, il s’agit plus d’un « coup médiatique » plutôt qu’un « coût d’achat » (puisqu’au final le prix de vente des sushis ne remboursera pas le prix de ce poisson).

C’est Kiyoshi Kimura, propriétaire d’une chaîne de restaurants à sushis qui remporte le match contre son rival, un restaurateur chinois de Hong-Kong.

Jusqu’où pourront aller ces prix pour la seule réputation d’un établissement ?

La question se pose logiquement car la pêche au thon dans les eaux du Pacifique inquiète, à juste titre, les écologistes de tous pays.

La demande de poissons dépasse maintenant les frontières japonaises, et certains restaurants gastronomiques étrangers voudraient aussi travailler le thon du Pacifique.

Or avec des prix de vente affichés qui affolent les compteurs, ce poisson, déjà victime de surpêche, risque tout simplement à terme de disparaître de nos océans…

On ne pose pas non plus la question des rejets radioactifs suite à la catastrophe de Fukushima… Les thons du pacifique se trouvent au sommet de la chaine alimentaire, ils remontent les courants sur des milliers de kilomètres et peuvent donc être impactés par cette pollution et contenir des traces de polluants… Quid d’une étude sur ces poissons si chers payés ?

Crédits photo : Reuters / Toru Hanai

DERNIERS DE Actus

Eclade de moules

Parce que c’est vraiment la recette signature de iodé, nous vous présentons
Close
ALLER EN HAUT